La Magnifique

Orhan Pamuk : “J’ai passé ma vie à Istanbul, sur la rive européenne, dans les maisons donnant sur l’autre rive, l’Asie. Demeurer auprès de l’eau, en regardant la rive d’en face, l’autre continent, me rappelait sans cesse ma place dans le monde, et c’était bien. Et puis un jour, ils ont construit un pont qui joignait les deux rives du Bosphore. Lorsque je suis monté sur ce pont et que j’ai regardé le paysage, j’ai compris que c’était encore mieux, encore plus beau de voir les deux rives en même temps. J’ai saisi que le mieux était d’être un pont entre deux rives. S’adresser aux deux rives sans appartenir totalement à l’une ni à l’autre dévoilait le plus beau des paysages.”

Fort de 3 mois d’immersion parmi les chasseurs et autres cowboys d’Amérique du Nord, je me sens à la pointe du bilinguisme / I’m at the edge of the bilingualism (à prononcer avec l’accent de Nelson).

Avant de monter dans l’A380 pour Paris, un américain m’interpelle : “Stay Bobby ! Thanksgiving is coming, you have to taste the turkey !”. Qu’est ce que tu racontes Brian, il faut que je teste la Turquie ?!

Rigolez, mais ce genre de conneries m’arrivent depuis que j’ai lu l’Alchimiste. J’arrête pas de checker les signes. A Vancouver je suis resté 4h et demi devant le lac de Stanley Park.

Je finis par monter sur mon Pegasus et j’atterris dans le pays ou les “I” majuscule peuvent porter des points et les “i” minuscules non. Ouaıch Atatürk ! Enfin, j’me comprends.

İstanbul, 14 millions d’habitants.

Ça a l’air énorme comme ça, mais en fait ça l’est.

Bref, préparez vous à manger des “s” à moustache et des “g” chapeautés, tous les noms seront en VO car j’aime bien la VO.

Tout commence en Asie, à l’aéroport Sabiha Gökçen pour être précis, où je rencontre Meryem, une espionne moldave à la solde de je ne sais plus quelle organisation très secrète. Elle assurera ma protection pendant une semaine parce que les turcs sont tous des méchants barbus. Oui, même les femmes, ils l’ont dit à la télé.

Nous rencontrons un premier turc dans le bus qui nous avance l’argent pour le titre de transport. Kepkep nous guide jusqu’au ferry de Kadıköy et nous file sa carte pro en cas de besoin.
Après la traversée vers Kabataş, nous voici en Europe ! Un second turc nous avance lui aussi un ticket et nous conduit jusqu’à la place Taksim. Il doit bien être 22h30 et il commence à nous raconter tout l’historique de la place, haut lieu de contestation en Turquie.

Bon début !

Beyoğlu

Beyoğlu est un quartier moderne d’ İstanbul. Nous avons testé deux auberges plutôt cool dans le coin pendant nos quelques jours stambouliotes.

image
Taksim Meydanı

image
İstiklâl Caddesi et son Nostaljik tramvay

image

image
Le quartier du premier hostel dans Beyoğlu

image
Salade, tomates, oignons, sauce blanche

Parce qu’à İstanbul aussi il y a du Street Art

image

image

image

image
Galata Kulesi

On tombe sur cette affiche la veille du concert :

image

Let’s go guys !

image

Au bord de la Corne d’Or (Haliç), le quartier sent le poisson frais.

image
Keep calm, suit up and go fishing

image

image

image
Ce sandwich là, c’est une tuerie

image
Le stand de notre pote Hamish ça biche

image
Le classique Türk çayı

image
Galata Köprüsü

Le vieux İstanbul

image
Eski İstanbul

image
Yeni Cami (Mosquée Neuve)

Nous commençons la visite par le Palais de Topkapı, résidence des sultans Ottomans de 1465 à 1853.

image
Entrée du Topkapı Sarayı

Il s’emmerdait pas le Sultan vu la taille et la classe du Harem-i Hümayûn !

image

image

image

image

image

image
Marmara Denizi (mer de Marmara)

image

On enchaîne avec la magnifique Mosquée Bleue (Sultan Ahmet Camii) ! C’est une mosquée unique au monde car elle possède 6 minarets. Seule la Ka’ba à la Mecque en a un de plus.

image

image

image

image

image

On consacre le lendemain matin à la visite de la majestueuse basilique Sainte-Sophie (Ayasofya). J’ai rarement vu un édifice aussi massif ! A l’intérieur, on est saisi par l’immensité et la qualité du décor : bluffant !

Pour la petite histoire, l’église a été construite en 532 sous Justinien. Au départ consacrée au Christianisme, elle devient une mosquée lors de la chute de Constantinople en 1453. Atatürk la transforme finalement en musée en 1934.

image

image

image
Minber

image

image

image

image

image

image

Autre superbe endroit à visiter à İstanbul : la Citerne Basilique (Yerebatan Sarnıcı) datant de l’époque byzantine.

image

image

image

image

image

Visite express du Grand Bazar (Kapalıçarşı) avec ses 200 000 m² et 4 000 boutiques. Un bon gros bordel plutôt impressionnant !

image

image

image

image

image

image

image
Küçuk Ayasofya Camii (Petite Sainte Sophie)

image
Sokollu Mehmet Paşa Camii

image
Méchant barbu

image

image

L’Hippodrome de Constantinople (Sultanahmet Meydanı) et ses 3 ornements.

image
Dikilitaş (Obélisque de Théodose venant de Karnak)

image
Yılanlı Sütun (la colonne serpentine, partie subsistante du tépied de Delphes)

image
Örme Dikilitaş (Obélisque “muré”)

Le Détroit du Bosphore

On emprunte en bateau le Détroit du Bosphore jusqu’à Sarıyer et la Mer du Nord. Euh… la Mer Noire !

image
Karadeniz

image

image
Kanlıca

image

image
Rumeli Hisarı

image
Dolmabahçe Sarayı

image
Boğaziçi Köprüsü (Pont du Bosphore)

image

image
Dolmabahçe Camii

image

Sultanement,

Bob

Posted in Turkey | Tagged | 1 Comment

Slam Dunk

Michael Jordan : “Even when I’m old and grey, I won’t be able to play it, but I’ll still love the game.”

Le dernier match de pré-saison des Clippers au STAPLES Center termine en beauté le trip aux US ! Un seul regret, Vlade Divac n’est plus dans l’effectif des Kings…

Bon match agrémenté de Pom Poms et d’un passage sur l’écran géant.

image

image

image
Wayne Gretzky est dans la place !

image
Oh, say! can you see by the dawn’s early light…

image

image

image

image

image

image

Et pour finir deux vidéos de la game !

Stratosphériquement,

Bob

Posted in California | Tagged , , , | Leave a comment

The Dock of the Bay

Oscar Wilde : “C’est l’incertitude qui nous charme. Tout devient merveilleux dans la brume.”

San Francisco s’enveloppe de son fog dès mon arrivée. Il a pas tort Oscar, mais bon, quand on voit plus rien, on perd en charme pour gagner en incertitude.

image

image

Une première chose m’a marqué : le temps varie très vite dans cette ville !

image

image

image

Dès que je m’approche de la baie, bam ! C’est reparti pour le fog.

image
Oakland Bay Bridge

image

image
Pier 7

image

image
Pier 39

image
Sea Lions

image
Pier 43 Ferry Arch

Ciel bleu côté downtown…

image

De l’autre côté ça ressemble à une belle journée d’été à Dunkerque.

image
Foggy Golden Gate Bridge

image
San Francisco City Hall

Le jour suivant j’embarque pour Alcatraz ! La visite est remplie d’anecdotes et l’atmosphère est fascinante.

image

image

image

image

image

P1100988

image
Chambre style Formule 1 avec salle de bain séparée

image
Ca rappelle le film Hostel

Robert Stroud dit The Birdman, a passé 11 ans dans l’aile de l’hôpital.

image
Tout confort

image
Courtyard

image

image
Capone et ses collègues ont des sacrées gueules de gangsters

image
D-block cell alias “The Hole”

image
Guard Tower

Après la visite, le fog a disparu avec mon hangover ! J’en profite pour longer la côte vers le Golden Gate Bridge.

image
Fisherman’s Wharf

image

image
Kitesurfing time

image

image
Golden Gate Bridge

image

image

image
Crissy Field

Et parce qu’Otis n’est pas seulement l’inventeur de l’ascenseur :

Sittin’ in the morning sun
I’ll be sittin’ when the evening comes
Watching the ships roll in
Then I watch them roll away again, yeah

I’m sittin’ on the dock of the bay
Watchin’ the tide roll away, ooh
I’m just sittin’ on the dock of the bay
Wastin’ time

I left my home in Georgia
Headed for the Frisco Bay
Cuz I’ve had nothing to live for
And look like nothing’s gonna come my way

So, I’m just gon’ sit on the dock of the bay
Watchin’ the tide roll away, ooh
I’m sittin’ on the dock of the bay
Wastin’ time

Looks like nothing’s gonna change
Everything still remains the same
I can’t do what ten people tell me to do
So I guess I’ll remain the same, listen

Sittin’ here resting my bones
And this loneliness won’t leave me alone, listen
Two thousand miles I roam
Just to make this dock my home, now

I’m just gon’ sit at the dock of a bay
Watchin’ the tide roll away, ooh
Sittin’ on the dock of the bay
Wastin’ time

image
Palace of Fine Arts

image

image

Brumeusement,

Bob

Posted in California | Tagged , , , | Leave a comment